23 août 2010:

 

Premier diner

 

Nous sommes 7 autour de la table.

Le menu est le suivant :

 

Carpaccio de dorade, gelée aigre douce de citron “lime”, petite salade

tatsoï

Pavillon Blanc du Château Margaux – 1976

 

Tagliatelle aux chanterelles et crème

Pavé de porc rôti, gnocchi de pommes de terre et rebibes de fromage,

légumes façon tagliatelle

Magnum Château Hortevie – St-Julien – 1970

 

Tarte Tatin

Château Ricaud – Loupiac – 1945

 

 

 

J’arrive vers 16h pour l’ouverture des bouteilles. Je suis un peu stressé, et pour tout

arranger, le bouchon du Margaux tombe dans la bouteille. Le bouchon du château

Hortevie se brise en plusieurs morceaux donc quelques un tombent dans le vin. Je

me dis que la soirée commence mal, mais à ma grande surprise, le bouchon du 45

sort sans aucuns problèmes pour révéler de magnifiques arômes de pâte de fruits et

de caramel. Je me promène un peu sur les quais pour me remettre de mes émotions.

J’accueil mes invités par un petit speech d’introduction et les choses sérieuse

commence. Nous sommes la seul table du restaurant, comme il fait beau, c’est la

terrasse qui a été prise d’assaut. Le Margaux arrive carafé, et ses effluves

embaument la pièce. Je goûte le vin et son acidité est un peu marquée.

Heureusement la gelée aigre-douce du plat remet tout en place et c’est un

magnifique bordeaux blanc que nous savourons. Le château Hortevie est magnifique,

encore sur le fruit, avec des tannins très fins. Nous sommes tous étonné de voir un

vin de 40 ans à un tel niveau de jeunesse. Il se marie particulièrement bien avec les

tagliatelles aux chanterelles. Vient alors le clou de la soirée, château Ricaud 1945. Sa

couleur ambre foncée est de bon aloi, il tapisse le palais de belles notes de caramel

et d’un soupçon de fruits confits. Il sied particulièrement bien à la tarte Tatin.

 

Mes invités, tous néophytes en matière de vins anciens sont sous le charme et c’est

dans la bonne humeur que la soirée se termine. Une belle réussite pour une

première, avec des vins à leur avantage, dignes ambassadeurs des vins anciens.